• Hirondelle

    hirondelles-361459.jpg

    Etanché de sa soif, évidé de racines,
    Escortant le soleil et son arc rougissant,
    L’oiseau palpe le temps d’une palme de vent
    Puis griffonne sa chair aux fusains des marines.

    Son plumage émargé d’un regard sans rétine,
    Glisse sa peau de miel et son teint de réglisse
    Entre les plis fardés d’un ciel crû où blanchissent
    La mousse des marais et les pins à résines.

    Il fige le plaisir au bout de ses deux ailes,
    Brise le roc des flots, et d’un stylet de glace,
    Tranche la soie du jour d’une ganse rebelle.

    Lors, son vol passe le Nil, les lacs et les terres
    Où déjà meurt l’orient sur les hautes terrasses,
    Pour suivre un lourd radeau dont les voiles s’enferrent.

    Francis Etienne Sicard, Odalisques, 1995


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :